Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Ancolie alpine
Denis Jordan

Ancolie alpine

Aquilegia alpina - L.

Ranunculaceae | Prairies et pelouses 

C’est une plante vivace de 15 à 50 (voire 80 cm) de haut qui possède d’élégantes fleurs bleues, longuement pédonculées, peu nombreuses (rarement plus de 3), développées à l’extrémité d’une tige dressée. Ces grandes fleurs (de 5 à 8 cm de large) sont formées de 5 sépales bleus étalés entourant 5 pétales plus clairs, également libres, tronqués à leur extrémité, mais plus long que les étamines qui ne dépassent pas le tube qu’ils forment. A la floraison, l’ancolie des Alpes se distingue de l’ancolie commune (Aquilegia vulgaris), espèce plus répandue à fleurs plus petites et plus nombreuses, qui préfère des milieux plus secs. Leurs feuilles sont assez semblables, longuement pétiolées, profondément divisées en 3 folioles ovaliformes eux-mêmes à trois divisions moins marquées. La différenciation est néanmoins possible hors de la floraison, puisque les feuilles de l’ancolie alpine sont glabres, tandis que celles de l’ancolie commune sont velues à la face inférieure.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Liste rouge nationale 2 :
  • Espèce protégée : national
  • Présence en Haute-Savoie : carte

Biologie

C’est une espèce hémicryptophyte, dont la floraison intervient de juillet à août selon l’altitude. La pollinisation est assurée par les insectes et la dissémination des graines produites s’effectue sur place lors de l’ouverture du follicule ou lors du transport de ce dernier (de 20 à 25 mm) par les animaux. L’espèce reste en général peu abondante sur les stations où elle se développe.

  • Type biologique : Hémicryptophyte picto
  • Floraison : de juillet à août
  • Mode de pollinisation : entomogame
  • Mode de dissémination : zoochore

Ecologie

L’ancolie des Alpes est une plante des pelouses rocailleuses fraîches (Caricion ferruginae) et même humides (Adenostylion alliariae), parfois un peu buissonnantes, développées sur sols profonds, plus ou moins riches en bases et en nitrates. On la trouve également en lisière d’aulnaies vertes ou de landes à rhododendron. Elle se rencontre essentiellement à l’étage subalpin mais elle peut atteindre l’étage alpin.

Etage de végétation

Subalpin et alpin

Répartition

Mondiale

C’est une espèce endémique des Alpes, également présente dans le Nord des Appenins, qui atteint le Voralberg (Autriche) au Nord-Est.

Française

En France, elle est présente dans tous les départements alpins, de la Haute-Savoie aux Alpes maritimes.

Départementale

En Haute-Savoie, elle demeure assez rare, et plutôt dans les massifs calcaires : Aravis, Chablais, Haut-Giffre, mais également localement sur roche mère cristalline. Elle est présente dans les Réserves Naturelles Nationales de Sixt-Passy, Passy, Contamines, Aiguilles Rouges et Vallon de Bérard.

Menaces & actions de préservation

Les populations sont souvent de taille restreinte et cette espèce dont la floraison est assez spectaculaire peut-être menacée localement par la cueillette ou des prélèvements à des fins horticoles. Un pâturage inadapté mais également une trop forte fréquentation touristique peuvent être défavorable à l’espèce. En Haute-Savoie, cette espèce est connue d’une petite vingtaine de communes depuis 1970. Mais depuis 10 ans, l’espèce n’a été contactée que sur 11 communes. Il existe vraisemblablement une méconnaissance des stations de cette espèce, liée à sa situation dans des habitats qui peuvent être difficiles d’accès et sous-prospectés par les botanistes.

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Ecrire le chiffre 5
Votre réponse: