Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Erythrone dent-de-chien
Denis Jordan

Erythrone dent-de-chien

Erythonium dens-canis - L.

Liliaceae | Landes et forêts 

Plante vivace de 10 à 20 cm de haut, issue d’un bulbe oblong et pointu, blanchâtre en forme de dent de chien. Deux feuilles opposées, insérées au-dessus de la base de la tige, pétiolées, elliptiques-lancéolées, vert-glauque, marbrées de brun-rougeâtre. Fleur grande, solitaire et penchée à 6 tépales roses, connivents puis dressés vers l’arrière à la floraison mettant en relief le faisceau des étamines et le style situés à l’opposé.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Cotation UICN - Rareté régionale :
    NT Quasi menacée

Rareté départementale

R M1

Biologie

  • Floraison : de mars à avril

Ecologie

Thermophile : bois de feuillus clairs ou secs de frêne, de charme et de chêne (Carpinion, Quercion pubescenti-petreae), lisières de bois, pelouses.

Etage de végétation

collinéen à montagnard inférieur.

Répartition

Départementale

Espèce rare dans le département mais souvent très abondante dans ses stations. Bornes-Aravis : collectée et observée sur plusieurs points des communes de Talloires et St Germain (de 1905, Beauverd, G. à nos jours). Chainons jurassiens : en très grande quantité sur l'ensemble de la chaine du Vuache où l'Erytherone y est connu depuis 1833; dans la partie supérieure de la montagne des Princes dès 1828, Briquet (G) et une seule récolte dans le "mont Salève" en 1852 par Huet du Pavillon (G). Vallée de l'Arve, de "Vougy près de Bonneville", s-d. (vers la fin du 19è, Payot, Ann), 2010, Ingles); à la plaine des Rocailles (de 1863, Reuter, G. à nos jours) en passant par Bonne-sur-Ménoge, dans le bassin lémanique (1865, Fauconnet, G., 1980, Weibel et 2008, Bressoud).

Situation de l'espèce en Haute-Savoie

Cette belle et remarquable espèce n'est pas menacée en Haute-Savoie ou localement. Par contre, elle n'a pas été réobseréve sur le Salève depuis sa découverte et se développe dans la vallée de l'Arve dans une zone en pleine mutation comptant plusieurs petites stations déjà disparues.

Première observation départementale

Collectée "au sommet du Vuache" par Reuter en 1833 (G)

Herbiers

Ann : 2, G : 30

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Ecrire le chiffre 5
Votre réponse: