Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Héléocharis d'Autriche
Denis Jordan

Héléocharis d'Autriche

Eleocharis austriaca - Hayek
E. benedicata Beauverd

Cyperaceae | Zones humides de plaine 

Plante haute de 10 à 80 cm. Tige généralement épaisse de 2 à 3 mm, vert clair, souple. Inflorescence en épi long aux écailles inférieures stériles. Soies du périgone (ensemble de tépales) de 4 à 5.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Cotation UICN - Rareté régionale :
    DD Données insuffisantes

Rareté départementale

Biologie

  • Floraison : de mai à juillet

Ecologie

Rives d'étangs et lacs, petites mares, fossés, marais en situation détrempée.

Etage de végétation

collinéen à la base du subalpin, maximales 1710m à Verchaix et 1720m à la Chapelle d'Abondance.

Répartition

Départementale

Espèce rare dans les régions basses et actuellement connue dans le bassin lémanique : Publier, dans la réserve naturelle de la Dranse (1982-200, Jordan); Vulbens, rives du Rhône (1998, Jordan) ou dans la vallée de l'Arve, à Etrembières (1977, Jordan), à Bonneville (1995, Bressoud) et Sallanches (1900, Briquet, G). Sur le plateau de Gavot à Saint Paul en Chablais (1985, Jordan) et le plateau des Bornes à Menthonnex-en-Bornes (1986, Jordan). Très rare dans les chaînons jurassiens pour cause d'absence de milieux favorables : grand Salève, dans une mare au Pont Pommier (1977, Jordan). Eleocharis d'Autriche est assez fréquente dans les hautes montagnes du département en Chablais et Haut-Giffre mais très peu recensée ailleurs. Secteur granitique Mont-Blanc/Aiguilles-Rouges : les Houches, vers le plan de la Cry (1993, Jordan). Bornes-Aravis : uniquement au Mont Saxonnex au bord du lac Bénit où l'espèce est toujours assez abondante. A été observée pour la première fois le 11 août 1921 par Beauverd et décrite en 1922 sous Eleocharis bénédicta Beauverd. Pas d'observation dans les Bauges.

Situation de l'espèce en Haute-Savoie

Depuis 1982, Eleocharis austriaca a été répertoriée dans 30 stations. L'espèce est sans nul doute plus abondante mais confondue avec E. palustris.

Première observation départementale

Collectée "dans prés marécageux au dessus de Saint Martin" par Briquet en 1900 (G)

Herbiers

Ann : 1, G : 4, Jay : 5

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Ecrire le chiffre 5
Votre réponse: