Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Sélaginelle de Suisse
Denis Jordan

Sélaginelle de Suisse

Selaginella helvetica - (L.) Spring

Selaginellaceae | Milieux rocheux, éboulis, falaises 

Petite plante constituée d’une tige rampante sur le substrat, ramifiée, portant de très petites feuilles disposées sur 4 rangs sur un plan, en forme d’écailles. La partie végétative donne naissance à des fructifications en forme d’épis fructifères très grêles de 3 à 6 cm de hauteur portant les sporanges. Fougère très discrète, facilement confondue avec une mousse.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Espèce protégée : régional

Biologie

  • Floraison : de juin à août

Ecologie

Calcicole à tendance hygrophile : sur rochers frais et humides situés en forêt ou en pelouse dans une situation sans le feuillage des poacées (Sesleria caerulea, Calamagrostis varia) sur des pentes exposées au nord.

Etage de végétation

collinéen à la base du subalpin, maximale 1630m à Chamonix.

Répartition

Départementale

Espèce assez fréquente dans le secteur granitique Mont-Blanc/Aiguilles-Rouges sur calcaire à Chamonix, les Houches et Servoz. Elle est rare ailleurs : Saint-Gervais, sur rochers humides, s.d., herbier Desmet, en dessous à l'ouest *sur les Saix", une importante population (2010, Jordan); Vallorcine, "les Planards" au nord du col des Montets, 1500m (1985, Ravanel). Elle est rare également dans le Haut-Giffre : sur plusieurs points dans la commune de Samoëns de 1936 (Chopinet, Jay) et à 1997 (Jordan); Arâches-les-Carroz, Mont Fary, 1100m (1989, Jordan). Dans le Chablais : sur Saint-Gingolph, s.d. Bonnaz (G); rochers des Lapiaz, 1080m (1989, Jordan) et Thollon, sous le pic des Mémises au nord (1992, Jordan). Indiquée également dans le massif de la Dent d'Oche et celui des Cornettes de Bise (1966, Alleizette). Se retrouve au sud-ouest de ce secteur géographique : Taninges, Etroit d'Entré, 650m (1960, Hiblot, Jay) et surtout, Chatillon-sur-Cluses, versant nord du pic de l'Aigle, qui constitue la plus remarquable station départementale par son étendue. Cette station découverte en 1967 par Farille sera revue en 1995 par Farille et Jordan. En Bornes-Aravis : Bonneville, Bouverat, (1860-1888, Depierre, Dumont et Gave, G.); Cluses, rochers du vieux pont, s.d., Rome (G) et Nancy-sur-Cluses, rochers ombragés, 570m (1970, Eyheralde, 1971, Charpin et 1999, Jordan).

Situation de l'espèce en Haute-Savoie

Cette espèce est actuellement connue de 31 stations dont 4 en réserve naturelle, 3 dans celle de Carlaveyron et une dans celle des Aiguilles-Rouges. A l'exception de 2 ou 3 stations situées en bordure de route ou près des habitations, toutes les autres sont préservées naturellement en raison de leur situation. L'espèce est répertoriée en France, en Haute-Savoie et dans les Alpes-Maritimes.

Première observation départementale

Collectée à Servoz par Jack en 1840 (G)

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Combien font 0 + 1 ?
Votre réponse: