Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Géranium des marais
Denis Jordan

Géranium des marais

Geranium palustre - L.

Geraniaceae | Zones humides de plaine 

Plante vivace, haute de 30 à 80 cm à tige dressée, hérissée de poils raides et réfléchis sans poils glanduleux. Feuilles larges de 8 à 12 cm, divisées jusqu'au delà du milieu en 3 à 5 lobes incisés-dentés. Fleurs purpurines aux pétales arrondis portés par des pédoncules biflores et par des pédicelles non glanduleux réfléchis après la floraison.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Cotation UICN - Rareté régionale :
    VU Vulnérable

Rareté départementale

R M1

Biologie

  • Floraison : de juin à septembre

Ecologie

Hygrophile, tendance nitrophile : prairies hygrophiles à hautes herbes (Filipendulion), marais, fossés.

Etage de végétation

collinéen à montagnard inférieur, maximale 1035 m à Samoëns.

Répartition

Départementale

Cette belle et rare espèce de répartition plus ou moins centrale dans le département s'observe dans six secteurs géographiques : Haut-Giffre, assez fréquente en fond de vallée sur Samoëns (1919, 2005, Jordan). Chablais, assez fréquente dans le sud-ouest entre Mégevette et Peillonnex et Mieussy et au nord sur Vailly et Lullin (1990-92, Justin). Bornes-Aravis, une seule et récente observation au Petit-Bornand (1995, Jordan). Dans les chainons jurassiens, l'espèce est notée sur plusieurs points du Grand Salève (1793 et 1881), a été retrouvée sur Andilly (1996, Jordan). Sur le plateau des Bornes, ce géranium observé à Pers-Jussy en 2000 (Jordan) n'y était pas connu de même que dans le bassin lémanique sur Allinges-Perrignier, Bonnant (1999, Gay).

Situation de l'espèce en Haute-Savoie

Depuis 1982, le géranium palustre a été répertorié dans 20 communes totalisant plus de 40 points de présence. En raison de l'écologie de la plante dans des milieux humides situés dans les fonds de vallée où se concentrent les activités humaines, de nombreux biotopes à géranium des marais sont régulièrement menacés. Heureusement, cette espèce est assez souple pour occuper le moindre point humide.

Première observation départementale

Collectée "ad pedum Salevae" par Roux en 1793 (G)

Herbiers

Ann : 1, G : 40, Jay : 7

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Combien font 0 + 1 ?
Votre réponse: