Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Passerine annuelle
Denis Jordan

Passerine annuelle

Thymelaea passerina - (L.) Coss. et Germ.

Thymelaeaceae | Prairies et pelouses 

C’est une petite plante herbacée annuelle de 6 à 50 cm de haut, glabre, à racine grêle. Les tiges et rameaux dressés sont également grêles, vert-jaunâtre, anguleux, effilés, et feuillés dans toute leur longueur. Les feuilles alternes sont éparses, lancéolées-linéaires, aiguës, à 1-3 nervures et peuvent atteindre 15 mm de longueur. Les fleurs, très petites, sont verdâtres disposées par 1 à 5 en glomérules sur des épis feuillés lâches, assez filiformes et plus longs que le reste de la tige. La fleur, munies de 2 bractéoles qui dépasseront le fruit, est réduite à un périanthe persistant, pubérulent, long de 2 à 3 mm, à lobes ovales-obtus et deux fois plus court que le tube. Le fruit, glabre, est ovoïde-conique, à peine plus court que le périanthe. Son port et sa taille la font passer inaperçue, ce qui explique que cette plante semble sous-observée.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Liste rouge régionale :
  • Inventaire flore menacée 74 :
  • Présence en Haute-Savoie : carte

Biologie

C’est une thérophyte qui fleurit de juin à septembre. La pollinisation est effectuée par les insectes et la dissémination des graines est assurée par les animaux les transportent. Fait assez inhabituel pour une annuelle, l’espèce ne produit que peu de graines chaque année (10 à 30 par pied) et leur pouvoir de germination est souvent faible. C’est par ailleurs une plante toxique.

  • Type biologique : Thérophyte picto
  • Floraison : de juin à septembre
  • Mode de pollinisation : entomogame
  • Mode de dissémination : zoochore
  • Type de reproduction : sexuée

Ecologie

La passerine est une espèce des lieux secs, arides et ensoleillés, surtout sur sols calcaires, plutôt argilo-calcaires voire sableux, souvent squelettiques. Elle forme parfois des populations denses dans des friches, des champs et des lieux incultes, mais aussi des prairies sèches et même des pâtures où le bétail crée des trouées favorables à la germination des graines, des étages collinéen et montagnard. Il y a encore un siècle, c’était une adventice des grandes cultures mais l’intensification de l’agriculture et la modifications des pratiques culturales l’ont énormément fait régresser.

Répartition

Mondiale

C'est une espèce eury-méditerranéenne présente de l’Europe méridionale et centrale, à l’Asie occidentale et boréale (de l’Altaï au Pakistan), en passant par l’Afrique du Nord.

Française

Elle est présente dans une grande partie de la France, surtout dans les régions de plaines et plateaux Sud et Est de la France.

Régionale

En Rhône-Alpes, l’espèce est citée de tous les départements mais est considérée comme disparue en Savoie.

Départementale

En Haute-Savoie, l’espèce était connue d’une trentaine de stations sur 12 communes, mais elle n’a plus été observée récemment que dans 5 localités du bassin rhôdanien et du bassin lémanique, les stations anciennes n’ayant pas été revues.

Menaces & actions de préservation

C'est une plante en très nette régression, devenue rare dans toute la France, en dehors de la région méditerranéenne, victime de l’intensification de l’agriculture et de la généralisation de l’utilisation des herbicides. Il existe un Plan National d’Action Messicoles initié par le Ministère de l’Environnement et élaboré de 1998-2000 par les Conservatoires Botaniques Nationaux. Actuellement, ce plan d’action a été relancé en 1998 et est en cours de réactualisation. Dans la première version du plan d’action, la passerine annuelle apparaissait comme l’une des 56 espèces en situation précaire sur le territoire national, car ayant disparu de la moitié des départements où elle était présente entre 1970 et 1990.

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Ecrire le chiffre 5
Votre réponse: