Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil
Vous êtes ici : Accueil Fleurs Scutellaire élevée
Denis Jordan

Scutellaire élevée

Scutellaria altissima - L.

Lamiaceae | Landes et forêts 

Plante vivace, haute de 40 à 100 cm à tige rameuse, ligneuse à la base, pubescente. Feuilles ovales, crénelées-dentées, longues de 8 cm, à long pétiole. Fleurs bleu violet, à pédicelle court disposées en épis unilatéraux, insérées à l'aisselle de petites bractées et enveloppées d'un calice à écaille extérieure dressée longue de 3 à 5 mm.

Voir la fiche simplifiée Voir la fiche détaillée

Statut patrimonial

  • Cotation UICN - Rareté régionale :
    NA Non applicable

Rareté départementale

Biologie

  • Floraison : de juin à août

Ecologie

Bois frais humide de frêne (Fraxinion), ripisylve à aulne blanchâtre (Alnion incanae).

Etage de végétation

collinéen à montagnard inférieur.

Répartition

Départementale

Originaire du sud de l'Europe, la scutellaire élevée est parfois cultivée en plante ornementale dans les jardins. Elle s'en échappe et devient alors subspontanée. Localement, l'espèce peut être considérée comme naturalisée. Depuis la première observation de 1969, cette espèce quasi-exclusive des ripisylves a été observée dans une quinzaine de localités : du bassin lémanique à Publier, dans la réserve naturelle de la Dranse (1972, Weibel, 1973 à 2005, Jordan). L'espèce est naturalisée puis à Lugrin, Etrembières, Gaillard, Vulbens : bord du Rhône (2001, Bressoud et Magnouloux). Dans le Chablais à Morzine, Montriond et Essert-Romand au bord de la Dranse (1992, Gruaz, 2008, Marchionini), dans le Haut-Giffre à Samoëns, au bord du Giffre (2005, Jordan).

Première observation départementale

Collectée à Samoëns, les Pleignes par Farille en 1969 (Jay.)

Herbiers

G : 1, Jay : 1

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.

Question: Combien font 1 + 1 ?
Votre réponse: